Entry Isilakolona (i, silaka, olona)
Part of speech name (fictitious character) [full list]
French definition héros d’une légende malgache fort en crédit chez les provinciaux. Isilakolona éait le quatrième fils d’un roi appelé Andrianjatovo-du-milieu-de-la-terre. Moitié homme, moitié bois, Isilakolona était considéré comme monstre et fut chassé du logis paternel par son père et ses frères. Il alla donc habiter avec sa mère dans une petite cabane à l’orée des bois. Tous deux y vécurent paisiblement, s’occupant de jardinage et d’élevage. Or, les trois frères d’Isilakolona avaient de grandes ambitions: celles de dompter et de capturer les bêtes les plus puissantes et les plus précieuses de la forêt que personne n’avait pu encore prendre jusque là: les pintades blanches; Ilaisambilo (le fameux taureau de la sylve), et les trois soeurs Iampelamananoho, monstres femelles qui dévoraient des hommes. En passant devant la cabane d’Isilakolona, les trois frères lui demandèrent s’il voulait se joindre à eux; Isilakolona accepta et partit, après avoir recommandé à sa mère de bien veiller sur ses chiens (il en avait trois groupes répartis selon leurs pelages noir, blanc et roux) et de jeter les yeux de temps en temps sur le bananier qu’il avait planté au sud de leur case: "si la feuille de ce bananier vient à se faner, dit-il à sa mère, c’est signe que je cours là-bas un grand danger, lâche alors les chiens pour me rejoindre ». Les deux premières chasses entreprises par Isilakolona et ses frères furent fructueuses grâce à Isilakolona qui était fée, intelligent et rusé; malheureusement, chaque fois au retour, les trois frères sommèrent Isilakolona de leur donner la proie qu'ils avaient capturée, et Isilakolona, lui, rentra "avec ses dix doigts", tandis que les trois frères portèrent tout fiers à leur père, tour à tour, les pintades blanches et Ilaisambilo le fameux taureau. La chasse aux Ampelamananoho fut très difficila: les quatre frères frôlèrent la mort de très près et les feuilles du bananier d'Isilakolona séchèrent une à une; ce que voyant, sa mère, tout attristée, lâcha les chiens au secours de son fils. Après des péripéties aussi variées que passionnantes, Isilakolona, aidé de ses chiens, eut raison des trois soeurs Iampelamananoho: il tua deux d’entre elles et captura l'aînée. Cette fois cependant, il n’accepta pas, même au prix de sa vie, de livrer l'Iampelamananoho vivante à ses frères, de sorte que ceux-ci retournèrent bredouilles au logis. Or, à quelques jours de là, leur père convoqua ses sujets pour leur faire admirer le courage de ses trois fils qui avaient pu, dit-il, capturer les pintades blanches et le fameux taureau Ilaisambilo. Isilakolona était aussi présent à la réunion, et le mensonge des trois frères apparut au grand jour: Isilakolona révéla que l'honneur de toutes ces chasses lui revenait en personne et, en guise de preuve, il amena devant le roi leur père l'Iampelamananoho vivante. Mis en colère contre les trois frères qui l’avaient honteusement abusé, le roi les renia tandis qu'il nomma Isilakolona héritier du trône. [Rajemisa 1966]

Updated on 2016/08/08